Détecteur optique de flamme

Le détecteur optique de flamme, plus communément appelé détecteur de flamme réagit aux rayonnements émis par tous types de flammes. Elaboré pour prévenir très rapidement un départ de feu en quelques dizaines de millisecondes, il est composé de capteurs travaillant dans les rayonnements invisibles à savoir l’ultraviolet (UV) ou l’infrarouge (IR). Les plus performants possèdent généralement plusieurs capteurs (UV/IR, UV/IR/IR, IR3 et IR4) pour une meilleure fiabilité et une immunité aux fausses alarmes avec un niveau de performances remarquables et un temps moyen entre pannes (MTBF – Mean time between failures) supérieure à 17 ans !

Les détecteurs optiques de flamme sont particulièrement adaptés aux applications industrielles à hauts risques notamment les raffineries, les stockages pétroliers, les plateformes offshore, les imprimeries mais aussi toutes les zones classées dites ATEX (atmosphères explosifs). Ces dispositif de prévention de départs de feux sont particulièrement adapté pour les feux d’hydrocarbures (essence, gazole, kérosène), de méthane, de GPL, d’hydrogène, de polypropylène mais aussi de papier, d’où son utilisation dans les imprimeries. Pour la plupart des feux on s'orientera vers une technologie IR4 (la plus performante) ou IR3 (un peu moins onéreuse pour des performances très voisines). Pour les feux d'hydrogène, on s'orientera vers une technologie UV/IR (combinaison d'un capteur ultraviolet et d'un capteur infrarouge).